Il n'y avait que lui pour oser prendre pour héros d'un film, The Dictator ( lire critique pages 30-31), un tyran arabe, sanguinaire, antisémite, obsédé sexuel et passablement crétin. Sacha Baron Cohen n'est plus à une provoc' près, et ses délires burlesques ont ranimé la flamme de l'humour juif le plus destroy, celui qu'imposèrent les Marx Brothers et que le Mel Brooks de The Producers sut incarner en son temps. La trajectoire de comique corrosif se décline en une chronologie volontiers bruyante, où se côtoient l'hilarant, l'absurde et le travail. Car l'amuseur est aussi un bosseur!
...

Il n'y avait que lui pour oser prendre pour héros d'un film, The Dictator ( lire critique pages 30-31), un tyran arabe, sanguinaire, antisémite, obsédé sexuel et passablement crétin. Sacha Baron Cohen n'est plus à une provoc' près, et ses délires burlesques ont ranimé la flamme de l'humour juif le plus destroy, celui qu'imposèrent les Marx Brothers et que le Mel Brooks de The Producers sut incarner en son temps. La trajectoire de comique corrosif se décline en une chronologie volontiers bruyante, où se côtoient l'hilarant, l'absurde et le travail. Car l'amuseur est aussi un bosseur! - Naître ou ne pas naître? Le 13 octobre 1971, Sacha Noam Baron Cohen tranche la question et décide d'affronter le monde en quittant le chaud confort du ventre maternel. Daniella, sa maman, vient d'Israël. Gerald, son papa, est gallois. - Son enfance se déroule dans le quartier londonien d'Hammersmith, dans le confort d'une famille de la classe moyenne comptant aussi deux autres garçons: ses frères Erran et Amnon. La synagogue et ses rituels sont sa première école comique, ainsi qu'ils le furent pour nombre de comiques juifs. - Ses études supérieures, c'est en Histoire et à Cambridge qu'il les suit avec succès, comme le firent notamment avant lui les Monty Pythons John Cleese et Graham Chapman. Son mémoire aborde le rôle des Juifs dans le mouvement pour les droits civiques aux Etats-Unis. - Après avoir, en 1989, fait ses débuts de comédien amateur dans le cadre d'un mouvement sioniste de gauche (il y joue Biloxi Blues, la pièce de Neil Simon), il interprète plusieurs pièces à Cambridge, dont Fiddler On The Roof et... Cyrano de Bergerac). - Le destin frappe ses trois coups pour celui qui gagne (plutôt bien) sa vie en travaillant comme... mannequin. La chaîne de télévision britannique Channel 4 lance un appel aux nouveaux talents pour un poste de présentateur. Sacha envoie une cassette où il joue un certain Kristo, faux reporter de télé albanais (qui évoluera plus tard en Borat). Il entame une carrière d'animateur d'émissions pour les jeunes, tout en suivant une formation de... clown, à Paris. - Le 8 septembre 1998 voit l'apparition du premier avatar de SBC. Il s'appelle Ali G et débarque tout droit d'un bled perdu du Surrey (à l'ouest de Londres). Malotru, sans éducation, c'est un imbécile voulant jouer au "gangsta". Le décor du 11 O'Clock Show de Channel 4 en tremble sur ses bases, et Sacha devient instantanément célèbre. Il sera couronné Révélation de l'année aux British Comedy Awards 1999, et aura son propre programme dès l'année suivante: Da Ali G Show. Avant d'apparaître dans le clip Music de Madonna. - Le personnage a les honneurs d'un long métrage de cinéma, Ali G Indahouse, où il est élu au Parlement! Le show télé s'exporte aux Etats-Unis quelques mois plus tard. Baron Cohen, ou plutôt Ali G, interviewe des personnalités sans leur révéler la supercherie dont ils sont les victimes. Notre homme apparaît comme un membre de l'équipe technique et entame la conversation sans dire qu'on tourne déjà, et que le "vrai" intervieweur n'arrivera jamais!). De Ralph Nader et Newt Gingrich en passant par Buzz Aldrin, Gore Vidal et David Beckham, les piégés sont nombreux et connus! - Un autre personnage prend le devant de la scène, après s'être "essayé" dans le show. Borat Sagdiyev est un reporter kazakh blindé de préjugés (sexistes, racistes, antisémites, homophobes) et le film consacré à son périple nord-américain, simplement titré Borat, réduit le politiquement correct en charpie à coups de gags et de répliques imparables. Il devient un classique instantané de l'humour subversif. Et SBC chope un Golden Globe! - Sacha annonce dans une interview qu'il ne jouera plus Borat, suite à la vague incessante de protestations montées de la foule des tristes pratiquants du premier degré... Quand certaines autorités du Kazakhstan l'avaient menacé de poursuites et fait fermer un de ses sites Web, il avait fait adresser par Borat son "soutien sans réserve à la décision de mon gouvernement de poursuivre ce juif"! - L'année de Brüno, nouvel alter ego à recevoir les honneurs d'un long métrage. Un présentateur d'émission sur la mode on ne peut plus gay et un tantinet nazi sur les bords. Le 26 septembre 2008, SBC en version Brüno avait squatté le défilé milanais de la styliste espagnole Agatha Ruiz de la Prada, défilant sur le podium en costume velcro et causant un bel esclandre... - Sacha épouse sa compagne (et mère de ses deux enfants Olive et Elula), l'actrice écossaise Isla Fisher (vue dans Wedding Crashers et Confessions Of A Shopaholic). L'année du général Aladeen, The Dictator, farce politique inspirée par les Saddam, Kadhafi et autre Ahmadinejad. Un personnage qui tente de profiter des Oscars ou du Festival de Cannes pour disperser les cendres du "regretté" tyran nord-coréen Kim Jong-il... Mais où s'arrêtera Sacha Baron Cohen? TEXTE LOUIS DANVERS