Fort de 24,97 milliards d'euros de revenus en 2020, Tencent, rouleau compresseur chinois du jeu vidéo, affiche une politique expansionniste vertigineuse sur le terrain logiciel. Ses licences ( Call of Duty: Mobile, Honor of Kings, Le...

Fort de 24,97 milliards d'euros de revenus en 2020, Tencent, rouleau compresseur chinois du jeu vidéo, affiche une politique expansionniste vertigineuse sur le terrain logiciel. Ses licences ( Call of Duty: Mobile, Honor of Kings, League of Legends, PUBG Mobile...) tournent à plein régime. Et la société qui détient également 40% de parts chez Epic Games ( Fortnite) aligne plusieurs acquisitions indé dont celle (récente) du studio canadien Klei Entertainment ( Oxygen Not Included, Don't Starve...). Basé à Shenzhen, le groupe semble aujourd'hui vouloir basculer du côté hardware de la force. Après avoir breveté un joypad à la croisée des chemins entre ceux des Xbox One et PlayStation 4, Tencent vient ainsi de protéger un concept de console aux airs de Switch Lite. La société qui distribue, depuis deux ans en Chine, la console hybride de Nintendo travaillerait donc sur une nomade embarquant un PC sous Windows 10. Se frottant directement aux One Gx1 Pro et Aya Neo, cette game console capitalise sur la récente expérience hardware de Tencent dans le domaine du smartphone gaming via des collaborations avec les fabricants Black Shark, ASUS Rog et RedMagic.