Il y a une dizaine d'années, Philippe Manoeuvre publiait une première biographie de Didier Morville, aka JoeyStarr, intitulée Mauvaise réputation. Le rédac chef de Rock & Folk pour tracer le portrait de l'un des deux rappeurs emblématiques de NTM? Voilà qui en disait déjà long sur le côté "rebelle" de l'animal... Aujo...

Il y a une dizaine d'années, Philippe Manoeuvre publiait une première biographie de Didier Morville, aka JoeyStarr, intitulée Mauvaise réputation. Le rédac chef de Rock & Folk pour tracer le portrait de l'un des deux rappeurs emblématiques de NTM? Voilà qui en disait déjà long sur le côté "rebelle" de l'animal... Aujourd'hui, alors que NTM se reforme une nouvelle fois sur scène, le duo se retrouve, comme pour faire le point une décennie plus tard. Si le ton était déjà à la conversation lors du premier épisode, on n'est plus très loin désormais de la discussion de comptoir. Souvent en roue libre, JoeyStarr dézingue à tout va (son ex-manager, Hanouna, etc.), multipliant les coups de sang, sans plus avoir de réel fil biographique pour le contenir: l'essentiel a été raconté dans le bouquin précédent. À une exception près: depuis Mauvaise réputation, JoeyStarr est en effet devenu (trois fois) papa. Ce qui complexifie quand même un peu les choses. Et nuance une bonne fois pour toutes l'image du rappeur, devenu aussi entre-temps acteur (de cinéma et de théâtre où il lisait encore récemment du Victor Hugo ou du Olympe de Gouges). Sans pour autant le changer. Grande gueule, fonctionnant à l'humeur, JoeyStarr reste une personnalité à part. Épuisante, outrancière, sans filtre, à l'image de Depardieu, avec qui il a bossé -"j'ai trouvé mon maître". Mais aussi entier, épique, rocambolesque, aux anecdotes souvent savoureuses et, surtout, à la gouaille poilante, plus proche d'Audiard que du numéro de stand-up.