De Jean-Pierre Marielle, Éditions Calmann-Lévy, 214 pages.
...

De Jean-Pierre Marielle, Éditions Calmann-Lévy, 214 pages. Confronté à l'exercice de l'autobiographie, c'est pour l'abécédaire qu'a opté Jean-Pierre Marielle, élan judicieux tant la forme sied parfaitement à l'esprit aiguisé de l'acteur des Galettes de Pont-Aven et autre Tous les matins du monde, à l'affiche, tout récemment encore, du Micmacs à tire-larigot de Jean-Pierre Jeunet. Si le comédien a pu, à l'occasion, faire le grand écart, l'homme, pour sa part, se dévoile multiple dans ce qui constitue l'inventaire d'une vie, invitant à une balade où il nous fait partager ses amitiés -Belmondo, Carmet, Rochefort, et on en passe- comme ses passions où les Lettres et le jazz occupent une place de choix, tout près de Gene Tierney, "une sorte d'idéal féminin, verlainien, qui m'apparaît dans des rêves étranges et pénétrants... ". Intimité et anecdotes (voir, par exemple, celle figurant à l'indice Mer (des Caraïbes)) font ici bon ménage, Marielle évoluant au fil de l'une et des autres avec une même élégance, à quoi il ajoute, quand le besoin s'en fait sentir, ce qu'il faut de détachement -ainsi, par exemple, s'agissant de la condition d'acteur: "Vous ne savez rien faire, si ce n'est prétendre être capable de tout." Soutenu par une plume alerte, le puzzle de sa vie se parcourt avec bonheur. S'il a le trait caustique à l'occasion, Marielle ignore la méchanceté gratuite, à laquelle il préfère l'apparence de la désinvolture. A ceux qui le tiennent pour décalé, il répond être "certain que je ne suis calé en rien" (ce que démentent par ailleurs ses propos), arpentant une existence qu'il qualifie d' "imprévue" avec une gourmandise teintée de sagesse et de sérénité discrète, pour assurer, tranquillement, à la rubrique devise: "Ne jamais faire d'effort, ou le moins possible, ne m'a pas empêché d'arriver là où je suis (où? Je n'en sais rien, mais j'y suis bien)". Un grand Monsieur, dans tous les sens du terme. Jean-François PLuijgers