Cela fait maintenant un peu de plus dix ans que Flying Lotus a imposé son groove électronique afrofuturiste, enchaînant les productions expérimentales acrobatiques et complexes. Parfois un poil fumeuses aussi, il faut bien l'avouer, mais toujours charnues et audacieuses. Au point d'ailleurs de déborder plus franchement vers le hip-hop (il se retrouve embrigadé par Kendrick Lamar pour l'essentiel To Pimp a Butterfly), et même redonner en partie au jazz ce qu'il lui avait donné (c'est sur son label Brainfeeder que Kamasi Washington a sorti The Epic). Avec une proposition à la marge, Flying Lotus a réussi à se placer au centre: qui l'e...