Valentine Deluxe (photo), drag queen du collectif liégeois Drag Attack déboule à Bruxelles avec sa conférence-spectacle: " De Sapho à Dracula: grandeur et décadence des vampires lesbiennes au cinéma"! Avec un sujet pareil, sûr, l'humour est garanti " camp, queer & kitch". C'est qu'on nous annonce: " foufoune vintage, canine agressive, mamelon arrogant et déclamations métaphysiques, façon Marguerite Duras." Rassurez-vous: no vulgarité, c...

Valentine Deluxe (photo), drag queen du collectif liégeois Drag Attack déboule à Bruxelles avec sa conférence-spectacle: " De Sapho à Dracula: grandeur et décadence des vampires lesbiennes au cinéma"! Avec un sujet pareil, sûr, l'humour est garanti " camp, queer & kitch". C'est qu'on nous annonce: " foufoune vintage, canine agressive, mamelon arrogant et déclamations métaphysiques, façon Marguerite Duras." Rassurez-vous: no vulgarité, c'est presque un code d'honneur lié au chic du transformisme. Le style est proche d'un Almodovar, le genre est plus ancien. Au théâtre, où la femme a longtemps été interdite de scène, le corps se travestit depuis la nuit des temps. On dit que Sophocle jouait lui-même Antigone! Dans les années 70, Vitez formait ses futurs comédiens au changement de sexe, Copi bousculait en spectacles corrosifs avec moult travestis. En 2011, à Bruxelles, le Cifas organise un "workshop" pour artistes sur le transgenre, les Halles, un festival Trouble sur la "métamorphose de soi", transsexuelle ou travestie. Le théâtre oriental a préservé cette tradition, là où l'Occident a peu à peu privilégié l'adéquation sexuelle entre le personnage et son interprète. Pourtant, casser ce naturalisme donne un vrai pouvoir à l'£uvre. Le Théâtre de la Place à Liège accueillait Le gros, la vache et la mainate: humour désopilant autour d'un homme enceint. Le TTO a repris Cendrillon, ce macho, le célèbre conte, version homo. Et le dernier Platel, Gardenia, dévoilait les vicissitudes de vieux travestis à la retraite. Avec une ambivalence plus fouillée, le danseur-performeur Ivo Dimchev, basé à Bruxelles, questionne le corps et transcende presque les genres, dans un théâtre physique assez cru, comme son Lili Handel qui tourne depuis 2004 (à voir en 2012 aux Tanneurs!). Un artiste connu des aficionados, "à découvrir" en février au festival Performatik du Kaaitheater. Quant à la femme travestie, drag king ou pas, "il" est invisible au théâtre. On les retrouve à l'opéra -convention des voix/rôles oblige- où des mezzo-sopranos se font hommes. Le corps travesti (en tout ou en partie), plus discret et moins spectaculaire que le cabaret "drag queen", reste pourtant un personnage utile au théâtre, transgressant la vie à sens unique, rappelant que "Je est un autre", qu'une £uvre est à création multiple... VALENTINE DELUXEDU 11 AU 22/01 AU MERCELIS VIA LE THÉÂTRE DE LA TOISON D'OR (WWW.TTOTHEATRE.BE). WWW.DRAGATTACK.BE; WWW.IVODIMCHEV.COM. GARDENIA, DU 12 AU 15/01 AU TONEELHUIS D'ANVERS, WWW.TONEELHUIS.BE NURTEN AKA