Hitler, Mussolini, Staline, Franco, Hussein, Mao, Kadhafi, Ceausescu, Pinochet... Ce rebutant inventaire n'est qu'un aperçu des dictateurs qui régnèrent dans le sang au cours du XXe siècle, un laps de temps somme toute assez court dans l'Histoire de l'humanité. Lynchés, suicidés, exilés, ces responsables de politiques criminelles de masse ont subi une violence de traitement qui épouse les outrages qu'ont perpétrés leurs tyrannies. Pourtant, le trépas du bourreau ne pacifie pas forcément la société civile concernée ou ne démythifie pas nécessairement non plus, hélas, la figure barbare emblématique. C'est précisément de ce pernicieux culte post- mortem que traite la réflexion de José Bourgarel, et de la façon dont les démocraties mènent un combat contre cet héritage empoisonné. On y découvre le rôle inattendu de l'évanouissement ou de la sépulture d'un despote, propices à leurs façons à une fantasmagorie déplacée qui parasite le travail de mémoire. Un documentaire plus riche d'enseignements qu'il n'y paraît de premier abord.

Documentaire de José Bourgarel.

7