Il est l'un des rappeurs les plus en vue de la scène belge. D'origine congolaise, Pitcho (photo) vient de se lancer dans un grand challenge, l'événement Héritage, un CD/concert autour des 50 ans de l'indépendance du Congo. Il précise tout de même: "Je ne tire pas tout tout seul. Ce n'est pas Pitcho et les autres, mais Pitcho avec les autres. " De quoi s'agit-il? A l'occasion du cinquantenaire, le rappeur a voulu s'arrêter 2 ...

Il est l'un des rappeurs les plus en vue de la scène belge. D'origine congolaise, Pitcho (photo) vient de se lancer dans un grand challenge, l'événement Héritage, un CD/concert autour des 50 ans de l'indépendance du Congo. Il précise tout de même: "Je ne tire pas tout tout seul. Ce n'est pas Pitcho et les autres, mais Pitcho avec les autres. " De quoi s'agit-il? A l'occasion du cinquantenaire, le rappeur a voulu s'arrêter 2 secondes sur le destin de son pays d'origine (il est né à Kinshasa en 1975). "Pas forcément pour rentrer dans la célébration, mais plutôt dans la réflexion. Quel est cet héritage? En quoi consiste notre identité congolaise..." Pitcho a donc rassemblé une série d'artistes, comme lui d'origine africaine, comme lui £uvrant dans les musiques urbaines. "J'avais envie de leur laisser carte blanche pour qu'ils s'expriment sur cet héritage." Au passage, Pitcho trouve appui au Musée royal de l'Afrique centrale à Tervueren. C'est là qu'il organise les réunions de travail. "Comme beaucoup, je considérais le musée comme un ennemi. Il y avait une peur de se confronter à une certaine réalité. Mais pour avancer, on est obligé d'affronter ses peurs. Et puis contrairement à ce que je redoutais, le musée ne donne pas que la version belge de l'histoire. Ces dernières années surtout, il a aussi pu donner la parole aux Congolais." L'initiative menée par Pitcho en est une nouvelle preuve. Concrètement, les réflexions entreprises ont abouti à l'enregistrement d'un CD, sur lequel on retrouve Pitcho forcément, mais aussi Fredy Massamba, BD Banx, Senso (du groupe Joshua)... "Il y a des choses faciles qui se boivent comme de l'eau, et d'autres plus difficiles mais qui ont tout à fait leur place." Les bénéfices de l'album devraient servir à lancer des initiatives autour de l'enseignement des langues et cultures africaines. "On aimerait que le CD soit le début de quelque chose. J'espère que cela ne tient pas complètement du rêve, mais pourquoi pas mettre en place une structure qui tournerait autour du concept d'une Maison africaine?"L'album n'atterrira dans les bacs que le 21 juin prochain. On pourra cependant déjà en découvrir la teneur sur scène. Celle du Bozar encore bien, où défileront les participants au projet. Le concert se déroulera le 30 mai, inaugurant par la même occasion le cycle africain du Palais bruxellois. www.heritagecongo.be www.bozar.be Laurent Hoebrechts