Le 5 octobre dernier, le prix Nobel de la paix 2018 était attribué à deux personnalités ayant lutté sans relâche contre les violences sexuelles utilisées comme armes de guerre. Le gynécologue Denis Mukwege, qui depuis 30 ans répare les victimes de viol, et la jeune femme yézidie martyrisée par Daech Nadia Murad. Nadia avait 21 ans quand L'État islamique est entré dans son village, a tué, emprisonné ou réduit à l'esclavage sexuel 18 membres de sa famille. Revenue de l'enfer (elle a réussi à s'évader après de longs mois de calvaire), Murad a trouvé refuge en Allemagne et n'a cessé depuis de prendre la parole et de répéter sa douloureuse histoire devant les politiciens et aux médias les plus influents. Le documentaire d'Alexandria Bombach suit avec beaucoup de pudeur la courageuse Irakienne dans ses rencontres officielles et au quotidien. Raconter et raconter encore les horreurs qu'elle a subies pour ouvrir les yeux du monde sur le sort funeste des Yézidi(e)s. Un peuple attaqué à cause de sa foi, persécuté et massacré par de violents extrémistes. Plus jeune nobélisée de l'Histoire, jeune femme qui rêvait d'ouvrir un salon de beauté aujourd'hui catapultée porte-parole d'une communauté, Nadia Murad a écrit Pour que je sois la dernière, retraçant son parcours tragique. Quelque 3 200 femmes et fillettes yézidies sont encore retenues en captivité dans les prisons de Daech.

Documentaire d'Alexandria Bombach.

7