Rappel d'entrée: un chat se voit doté de la parole après avoir mangé le perroquet du rabbin. À partir de ce moment, il n'a de cesse de tourmenter ledit rabbin au sujet de la religion. Ce dernier, craignant qu'il ne pervertisse sa fille Zlabya, les sépare. Le chat désespéré...

Rappel d'entrée: un chat se voit doté de la parole après avoir mangé le perroquet du rabbin. À partir de ce moment, il n'a de cesse de tourmenter ledit rabbin au sujet de la religion. Ce dernier, craignant qu'il ne pervertisse sa fille Zlabya, les sépare. Le chat désespéré décide alors de devenir un bon Juif afin de retrouver sa maîtresse et demande à l'homme de foi de lui enseigner les textes sacrés. S'ensuit en parallèle une relation forte avec la jeune fille, fil conducteur de la série entamée en 2002. Et Sfar de faire voyager la petite troupe en Algérie française -le rabbin exerce à Alger au début du XXe siècle-, en Israël, en Éthiopie, tout en abordant des thèmes chers à l'auteur: l'amour, le racisme, la compassion... Le tout avec humour. Depuis qu'il ne tient plus un journal régulier, l'auteur transpose ses angoisses et questionnements dans sa série à succès. C'est le cas dans ce dixième épisode qui aboutit à notre époque. Ici, c'est d'un éventuel retour en Terre promise dont il est question. Le mari de Zlabya, après avoir essuyé des insultes antisémites, décide d'aller vivre en Israël. Pour l'en dissuader, le "rabbin du rabbin", le rabbin et Zlabya lui racontent leur propre expérience en Terre sainte. C'est comme d'habitude intelligent et complexe, même si moins drôle que les premiers épisodes.