Sept ans après Oh Boy, le film qui le révélait en 2013, le cinéaste allemand Jan-Ole Gerster livre, avec Lara, un austère portrait au féminin, celui de Lara Jenkins, qu...

Sept ans après Oh Boy, le film qui le révélait en 2013, le cinéaste allemand Jan-Ole Gerster livre, avec Lara, un austère portrait au féminin, celui de Lara Jenkins, que son soixantième anniversaire cueille dans une solitude lasse, alors que son fils Viktor doit donner, le soir même, son premier concert de piano. L'occasion, pour le réalisateur, de disséquer leur relation ambiguë alors que Lara déambule dans les rues de Berlin comme pour être mieux confrontée au bilan de son existence. Si l'on pense au cinéma d'un Michael Haneke, Jan-Ole Gerster connaît ses gammes, s'insinuant avec maestria dans la psyché de cette héroïne paradoxale à qui, sous la raideur et la froideur, Corinna Harfouch, exceptionnelle, apporte une rare intensité.