"Norman Fucking Rockwell"

Sur son sixième album, Lana Del Rey prolonge et creuse toujours un peu plus sa relecture d'une certaine imagerie américaine -jusqu'à faire appel à ...

Sur son sixième album, Lana Del Rey prolonge et creuse toujours un peu plus sa relecture d'une certaine imagerie américaine -jusqu'à faire appel à la figure de Norman Rockwell, peintre et illustrateur central de l'iconographie des années 60. Quitte à frôler toujours un peu plus l'autocaricature, comme pourrait le laisser craindre la simple lecture des titres de morceaux: Venice Bitch, California, etc. Opiniâtre, Del Rey réussit pourtant à nouveau à dépasser le minaudage parfois coupable des débuts pour préciser toujours un peu plus son écriture. Voire l'étendre -comme sur les neuf minutes de Venice Bitch-, jouant avec les références pop tout en glissant un discours plus personnel, moins désincarné.