"Chromatica"

Prévu initialement pour sortir à la mi-avril, alors que le monde plongeait tout entier dans la pandémie, Lady Gaga a longtemps hésité à reporter le successeur de J...

Prévu initialement pour sortir à la mi-avril, alors que le monde plongeait tout entier dans la pandémie, Lady Gaga a longtemps hésité à reporter le successeur de Joanne (2016) jusqu'à l'automne. On peut comprendre ses tergiversations. Avec son parti pris überpop, Chromatica tranche avec la sinistrose ambiante. Il ne fait même pas semblant de glisser l'une ou l'autre ballade, pas la moindre resucée de Shallow pour faire passer la pilule. Au lieu de ça, il joue crânement la carte dance-pop, avec un goût prononcé pour le dancefloor nineties ( Enigma), lorgnant même vers le voguing ( Sour Candy). Certes, Chromatica n'apporte rien de nouveau à l'univers de Lady Gaga, ni ne réactive les provocations d'antan, mais dans son entêtement pop crapuleux, il se montre étonnamment consistant.