"Maintenant que les écailles de mes yeux commençaient à tomber. (...) Mon être entier de paillasson aspirait à la quiétude." Envoyé par son père chez les Pygmées de la forêt camerounaise, un professeur de philosophie rencontre une grande guérisseuse, Tala, " celle qui a les yeux ouverts". Bousculant ses certitudes, le poussant dans ses retranchements, la pensée de Tala invite le professeur à renoncer à toute tentative d'interprétation des choses pour se contenter de voir la nature telle qu'elle est donnée. Aux travers de rites d'initiation, il s'ouvre au sens du mot "bienveillance", suspend le bruit de la raison et change son rapport aux élèves: " M'sieur, vous n'êtes plus le même..." Dans un récit harmonieux qu'une paix envahit, le souffle poétique de Gaston-Paul Effa ( Haute enfance) entre en résonance avec les paroles magiques de la féticheuse. Au coeur d'un livre qui rassemble bat le génie de la transmission: le rite entre l'enseignant et l'élève, le souvenir du combat d'un père contre la maladie. Lire, c'est se lire. C'est une moisson de gestes justes à l'opposé de nos vies hyperconnectées emplies d'un vide fondamental. "Un être humain est comme une calebasse qui n'est pas cassée, à laquelle il ne manque rien. Lorsque la calebasse est complète, elle ressemble à un homme, une femme en paix."

De Gaston-Paul Effa, éditions Gallimard/Continents Noirs, 176 pages.

8