Auteur d'une centaine de films et surtout spécialisé dans le western paella, le cinéaste espagnol Ignacio F. Iquino, signait, en 1955, une Vallée de la terreur empruntant au fi...

Auteur d'une centaine de films et surtout spécialisé dans le western paella, le cinéaste espagnol Ignacio F. Iquino, signait, en 1955, une Vallée de la terreur empruntant au film noir. Las de voir son oncle dilapider la fortune laissée par sa mère, un orphelin contacte des truands afin de récupérer l'argent. Leur forfait accompli (et le tuteur laissé pour mort), les aigrefins, rejoints par la maîtresse de l'un d'eux, s'enfuient pour la France, un barrage de police les détournant vers un village fantôme situé dans une vallée dont ils apprennent qu'elle s'apprête à être immergée. Et de se trouver pris au piège, circonstances propices à exacerber les rivalités, et à libérer les tensions, érotiques également, pour un film respectant son cahier des charges d'honnête série B.