De Jérémie Moreau, Éditions Delcourt, 228 pages.
...

De Jérémie Moreau, Éditions Delcourt, 228 pages. 8 L'Islande au XVIIIe siècle est une colonie danoise. En cette période, la vie n'a pas fait beaucoup de cadeaux aux habitants: sous le joug des Danois depuis 1360, le pays a connu une série de catastrophes naturelles, l'enfonçant dans une misère totale. Les quelques ressources restantes sont pillées par l'occupant. Sous forme de fable épique, l'auteur retrace la vie d'un homme qui va refuser la fatalité et se battre contre l'injustice. Il inspirera d'ailleurs les plus grands conteurs islandais. L'histoire commence quand le petit Grimr perd ses parents dans l'éruption du volcan voisin. Récupéré par une patrouille de soldats danois, il sera comme d'autres orphelins expédié hors de l'île pour servir une riche famille du continent. Le gamin réussit à s'enfuir, aidé par un étrange personnage qui se prénomme Vigmar "le valeureux", plutôt connu dans la région sous le nom de Vigmar "le voleur". De fait, le premier enseignement de son nouveau protecteur est que la seule chose qui reste de nous après avoir quitté ce bas monde est notre réputation. En grandissant, Grimr va devenir une véritable force de la nature, craint à la fois par les occupants danois mais également par ses compatriotes. Alors que son seul but dans la vie est de vivre en paix, il sera calomnié et accusé de meurtre par ses pairs. Dans la lignée de son premier album, Le Singe de Hartlepool, Jérémie Moreau dénonce la cruauté et la bêtise des hommes avec une sensibilité proche du désespoir. Vous aurez compris qu'on n'est pas là pour rigoler mais plutôt pour frissonner au contact d'un véritable héros, simple mais déterminé. Offrant un final magistral qui arracherait des larmes à Conan le Barbare lui-même et agrémenté de superbes aquarelles, Jérémie Moreau est résolument un auteur à suivre. C.B.