Au sortir de la Première Guerre mondiale, Paris s'amuse pour oublier. Trépidante, la capitale française fait de l'oeil aux écrivains, aux musiciens et artistes en tous genres. Les femmes n'y sont pas en reste malgré une société encore terriblement patriarcale. Chanteuses et danse...

Au sortir de la Première Guerre mondiale, Paris s'amuse pour oublier. Trépidante, la capitale française fait de l'oeil aux écrivains, aux musiciens et artistes en tous genres. Les femmes n'y sont pas en reste malgré une société encore terriblement patriarcale. Chanteuses et danseuses d'exception, meneuses de revue... À l'époque, Gaby Deslys révolutionne le music-hall, incarne le charme de Paname, revendique liberté et indépendance. Jeanne Bourgeois, alias Mistinguett, a fait assurer ses jambes 500 000 francs et fricote avec Maurice Chevalier. Suzy Solidor, la tigresse à la voix de baryton, impose ses airs de garçon, aime les femmes, les hommes et se crée un genre. Carole Wrona ( Corinne L, Damia, la chanteuse était en noir) zoome sur ces affranchies qui ont interrogé la place de la femme dans une société conçue pour les hommes. Ces rebelles qui ont fait évoluer son image sinon sa condition. Guidée par les images d'archives et les tubes d'antan, elle se promène des Folies bergères au Moulin rouge, des music-halls aux cabarets et raconte les établissement de nuit tenus par des chanteuses. Le Château Montbreuse rue Pigalle, Chez Agnès Capri rue Molière ou encore La Vie parisienne. Cabaret chic et cher, une boîte la nuit et un salon de thé l'après-midi, où se rencontrent les homosexuels et débute Charles Trenet... Un passionnant voyage dans le temps.