Neneh "Cherry" Mariann Karlsson -née le 10 mars 1964 à Stockholm- est devenue synonyme d'un métissage universel. Bercé d'une enfance scandinave où la mère, artiste locale, comme le beau-père, le jazzman américain Don Cherry, lui donnent un nom et un début d'identité musicale. Sens de l'aventure que Neneh traverse en déménageant à New York puis Londres, cette dernière devenant sa ville de résidence dès l'âge de quatorze ans. Elle y plonge dans le punk, entre autres bluffée par la voix de Poly Styrene -crieuse chez X-Ray Spex- et l'énergie afférente...

Neneh "Cherry" Mariann Karlsson -née le 10 mars 1964 à Stockholm- est devenue synonyme d'un métissage universel. Bercé d'une enfance scandinave où la mère, artiste locale, comme le beau-père, le jazzman américain Don Cherry, lui donnent un nom et un début d'identité musicale. Sens de l'aventure que Neneh traverse en déménageant à New York puis Londres, cette dernière devenant sa ville de résidence dès l'âge de quatorze ans. Elle y plonge dans le punk, entre autres bluffée par la voix de Poly Styrene -crieuse chez X-Ray Spex- et l'énergie afférente d'un mélange crucial des cultures, entre autres anglo-jamaïcaines. Cette pollinisation naturelle se retrouve dans un premier album, Raw Like Sushi, paru à l'été 1989, comme dans le nouveau Broken Politics. À quasi 30 ans d'écart, Neneh convoque toujours une forme malléable de sensualité entre les genres, sans jamais donner l'impression de sacrifier quoi que ce soit de ses convictions émérites. Une différence notable: la pop freestyle de ses années 80/90 et les succès à la Buffalo Stance se trouvent ici gommés au profit de morceaux délaissant le format radiophonique. Broken Politics concentre ses flux sur un mode narratif presque tranquille s'il n'était porté par un fond naturel groovy. L'apparente indolence ambiante combine plusieurs couches de sensations électroniques, les loops mixés à des instruments acoustiques -notamment les bois- ouvrant une troisième voie tactile et organique. Le tout est orchestré par les anglais Kieran Hebden de Four Tet et le duo de RocketNumberNine, pareillement contemporains dans leur saisie electro-sensitive. Neneh nourrit donc des morceaux partiellement enregistrés dans la campagne de Woodstock d'une voix qui se contente parfois de sublimer l'exercice talk-over ( Faster Than the Truth), avec la nécessité évidente de raconter des histoires actuelles. Comme dans Kong, sur l'impossible jungle de Calais, une collaboration avec 3D de Massive Attack, lien de forme et de fond évident. " Peut-être la notion politique commence-t-elle dans votre propre chambre, votre propre maison, comme une forme d'activisme et de responsabilité. Ce disque porte sur ces choses-là: se sentir brisé, fauché, déçu et triste, sans abandonner la persévérance ni la lutte contre l'extinction de la pensée libre", déclare-t-elle dans le communiqué de presse . Cette résistance passe beaucoup par la sensualité et la capture de l'instant, moins idéologique qu'à fleur de peau ( Deep Vein Thrombosis), traitant aussi de la violence de rue ( Shot Gun Shack), synthétisant mélancolie et colère. Avec même quelques accords jazz ( Natural Skin Deep), anticipant peut-être la mort du père biologique, Ahmadu Jah, le 11 septembre 2018.