"Je m'attends toujours à ce que Natalie, la fille de Ian, sonneà la porte de la maison... J'aimerais tellement lui raconter ma version de tout ce qui s'est passé. " Annik s'arrête un instant et fige un sourire qui lui donne ce visage à la fois charmant et mélancolique. Depuis la parution du livre Touching From A Distance de Deborah Curtis en 1995 -qui la vilipende largement- et plus encore depuis le biopic d'Anton Corbijn, Control, à l'automne 2007, Annik est sortie de la sphère purement privée. La fiction de Corbijn déclenchera d'ailleurs un retour en force des interrogations de toujours sur son rôle à elle dans la tragédie Ian Curtis, qui se suicide à 2 mois de ses 24 ans. Annik préfèrera le psy aux journalistes, refusant de se confier aux médias qui, en Grande-Bretagne surtout, la caricaturent en diabolique maîtresse, causant la fatale rupture entre Ian et sa femme Deborah. Elle fera une exception pour le beau livre de Lindsay Reade (1), compagne de Tony Wilson, qui l'avait accueillie après la disparition de Curtis. Connaissant Annik depuis les glorieuses années punk, on l'a approchée avec le désir fort de connaître l'envers de cette saga. Nous rappelant qu'au Futurama de Leeds en septembre 1979, après une performance shamanique et tétanisante de Joy Division, on croisait Annik sans qu'un instant elle ne s'épanche sur ce qu'elle a toujours considéré être une " affaire privée". Le temps a fini par faire son £uvre et un soir de début juin, on la retrouve chez elle dans une maison boisée du Brabant wallon pour des pâtes sauce végétarienne et une discussion marathonienne de 4 heures. Née le 12 octobre 1957 dans une famille de la classe moyenne montoise -papa est inspecteur de police, maman travaille au cadastre-, Annik est une enfant du rock. Après les Stones à Forest en 1973, le premier choc viscéral vient le 16 mai 1976 lors d'un concert de Patti Smith et des Stranglers à la Round-house de Londres. La stagiaire en langues à Bournemouth est pareillement foudroyée lorsqu'elle voit Bowie -toujours son héros actuel- au Wembley Arena la mê...