Les derniers mètres à gravir sont raides. Les éclats de lave roulent sous la semelle, les cendres se soulèvent et gênent la respiration du corps obligé d'épouser la pente. Les fosses nasales pompent l'air raréfié par l'altitude. Un dernier coup de reins et Kurz se hisse à la crête du rempart de basalte. Reste longtemps sans bouger, à reprendre souffle. Ses muscles épuisés tremblent. Ses bras éraflés brûlent. La Lune est là, tout près. Bleue. Pleine. Formidablement voisine. La Lune avec ses mers et ses gouffres connus par coeur, la Mer de la Ressource, la Creux de Beauséjour, la Ravine Serpente, le Trou de l'oubli.
...