Il était une fois un facteur maritime qui, entre un phare, un naufragé et un marin, croisa une baleine. Vieille de cent mille ans, celle-ci a eu le temps d'avaler tous les livres du monde et d'en faire, dans ses entrailles, la plus grande bibliothèque de tous les océans. Ces ouvrages, elle les prête avec plaisir à tous ceux qui savent li...

Il était une fois un facteur maritime qui, entre un phare, un naufragé et un marin, croisa une baleine. Vieille de cent mille ans, celle-ci a eu le temps d'avaler tous les livres du monde et d'en faire, dans ses entrailles, la plus grande bibliothèque de tous les océans. Ces ouvrages, elle les prête avec plaisir à tous ceux qui savent lire, comme ce facteur un peu poète et nouvel ami qui, pourtant, manquera leur dernier rendez-vous... Judith Vanistendael aux ordres de Zidrou, c'est une rencontre a priori aussi improbable que celle d'une baleine et d'un facteur. Et pourtant! L'autrice du récent et très sombre Les Deux Vies de Pénélope avait envie " d'autres histoires que les siennes". Elle a donc appelé Zidrou, aux antipodes de ses univers contemporains toujours teintés d'autobio. Le scénariste de Ducobu mais aussi d'intenses one-shot bien plus adultes et cruels, traînait depuis 15 ans une petite frustration née à la publication d'un livre jeunesse, La Baleine et le corsaire, alors dessiné par son ami David Merveille. À la demande de son éditeur, il avait dû en édulcorer bien des passages pour ne pas faire peur ou rendre triste les petites têtes blondes. Quinze ans plus tard, revoilà donc cette baleine réécrite pour Judith avec la chute que ce conte exigeait. Un conte désormais triste, beau et pas que pour les enfants, où il sera question de vie, de mort, de naissance et de décès, le tout magnifié par les aquarelles de la dessinatrice, très à l'aise avec les couleurs de la mer, du bonheur et des livres. Des dessins que l'on peut admirer de près jusqu'au 26 juin à Bruxelles à la galerie Huberty & Breyne.