C'est l'histoire d'une grosse manipulation érigée en système. Une manipulation qui a jeté des innocents en prison, nourri les clichés les plus immondes et entretenu les représentations les plus nauséeuses sur des couches de population forcément paupérisées et de couleur. Dans les anné...

C'est l'histoire d'une grosse manipulation érigée en système. Une manipulation qui a jeté des innocents en prison, nourri les clichés les plus immondes et entretenu les représentations les plus nauséeuses sur des couches de population forcément paupérisées et de couleur. Dans les années 60, un certain John Reid, haut gradé de la police scientifique de Chicago, a rédigé un manuel de bonnes pratiques pour extorquer les aveux d'un suspect. Cette méthode, plus communément appelée Technique Reid, permet, par un jeu de manipulation mentale, de langage corporel, d'un lexique répété et d'une mise en scène soignée, de transformer un innocent en meurtrier. Alors qu'elle a été généralisée à toute la police américaine, cette technique a jeté en prison des suspects à bout de nerfs, prêts à tout avouer pour un peu de répit. Alors qu'elle travaille sur la culpabilité inhérente à toute personnalité, une étude menée par le réseau d'avocats américains Innocence Project a récemment démontré que près d'un tiers des personnes disculpées par des analyses ADN avaient pourtant avoué un meurtre ou un viol qu'elles n'avaient pas commis. Ceux qui témoignent ici en compagnie d'anciens policiers ou d'avocats dessinent un paysage judiciaire ravagé par les stéréotypes, la paresse et l'obsession du chiffre. Malgré quelques longueurs, ce docu révèle les dessous peu glorieux d'une justice de classe.