En 2010, le réalisateur Lowell Dean tourne un clip pour un groupe de rock local dans la province de Saskatchewan au Canada. Leo Fafard, chauffeur et électricien de son état, y interprète un loup-garou fêtard et queutard faisant le show dans un bar. Les deux compères s'ente...

En 2010, le réalisateur Lowell Dean tourne un clip pour un groupe de rock local dans la province de Saskatchewan au Canada. Leo Fafard, chauffeur et électricien de son état, y interprète un loup-garou fêtard et queutard faisant le show dans un bar. Les deux compères s'entendent comme larrons en foire, tant et si bien qu'ils s'accordent sur un projet commun, un long métrage mettant en scène un flic flemmard et alcoolo dont la lycanthropie galopante se révélerait entre deux cuites et autant de gueules de bois. Sorti au printemps 2014, le bricolé et fauché WolfCop mixe grossièrement les situations improbables arrosées d'humour sale et de rock juteux dans un bouillon (très) décomplexé d'influences eighties, quelque part entre Teen Wolf avec Michael J. Fox et Cobra avec Stallone, multipliant les références à la culture populaire jusqu'à rejouer Le Petit Chaperon rouge de Perrault façon "Mère-grand, que vous avez une grande verge!". Plus poilu, plus gore et plus délirant (ou tout simplement plus con, c'est selon), Another WolfCop prolonge la rigolade trois ans plus tard à grand renfort de dialogues idiots et de jouissive surenchère beauf carburant à la bière bon marché. " WolfCop will return", promet le générique de fin. Allez, burp.