C'est à un voyage peu banal dans l'histoire du cinéma et au-delà que convie Mémoires du monde, anthologie de Marianne Thys publiée à l'initiative de la Fédération Wallonie-Bruxelles. A l'origine de l'ouvrage, des archives cinématographiques accumulées depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. Aux films allemands saisis à l'époque, viendront s'en ajouter d'autres, d'auteur ou de commande, productions belges comme internationales, placés alo...

C'est à un voyage peu banal dans l'histoire du cinéma et au-delà que convie Mémoires du monde, anthologie de Marianne Thys publiée à l'initiative de la Fédération Wallonie-Bruxelles. A l'origine de l'ouvrage, des archives cinématographiques accumulées depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. Aux films allemands saisis à l'époque, viendront s'en ajouter d'autres, d'auteur ou de commande, productions belges comme internationales, placés alors sous le giron du Ministère de l'Education nationale, et utilisés notamment dans les écoles. Suivant en cela l'évolution institutionnelle du pays, la collection est scindée en 1969. La Cinémathèque royale hérite de la partie flamande; la Communauté française garde la sienne, qu'elle continue à alimenter, pour arriver aujourd'hui à un total de 8000 titres, essentiellement documentaires, conservés à la Cinémathèque de la Fédération Wallonie-Bruxelles. L'ouvrage de Marianne Thys permet de prendre la mesure de la richesse de cette collection. Si leur choix est forcément subjectif, les 100 titres sélectionnés composent une histoire du cinéma documentaire qui épouse le rythme de celle du monde, en un parcours articulé en 5 chapitres. Soit, dans l'ordre, Explorations (avec un large volet consacré au cinéma colonial), Traces (avec de nombreux films d'art), Entracte (autour de l' homo ludens), Altérité (l'individu dans son rapport à l'autre) et, enfin, Idéologies (en particulier, la marque de la Seconde Guerre mondiale). Captivant, le voyage n'est pas sans réserver quelques surprises: on y découvre par exemple Terminus, film méconnu réalisé par John Schlesinger en 1961 pour les chemins de fer britanniques. Ou encore Ambulans, tourné la même année par Janusz Morgenstern, £uvre saisissante symbolisant, en 10 minutes muettes d'une force exceptionnelle, l'entreprise d'extermination nazie. A quoi s'ajoutent d'innombrables pépites de la production documentaire belge, signées Storck, de Heusch, Smolders, Vandeweerd et on en passe... Prolongement de ce précieux appareil critique, les 100 titres présentés seront disponibles à la location auprès de la Cinémathèque dès le mois de janvier. Une manière judicieuse de proposer l'humanité en partage... MÉMOIRES DU MONDE DE MARIANNE THYS, ÉDITIONS YELLOW NOW, 256 PAGES. WWW.CINEMATHEQUE.CFWB.BEJEAN-FRANÇOIS PLUIJGERS