Nous sommes à Berlin, où le festival présente Greenberg ( lire la critique du film page 31) en compétition officielle. Ben Stiller, excellent dans le rôle principal, nous reçoit dans une suite d'hôtel située en surplomb de la place Babel. C'est ici que les nazis, en des temps pas si éloignés, faisaient de grands bûchers avec les livres interdits, ceux des auteurs juifs surtout. De quoi faire réfléchir un comédien dont le travail s'inscrit de manière on ne peut plus directe dans la tradition de l'humour juif, nourri d'autodérision. Le comique hilarant de Meet The Parents et Night At The Museum étend certes son registre vers des accents plus dramatiques dans Greenberg. Mais ce qu'il y développe sur un mode moins directement burlesque prolonge la thématique de ses pures comédies populaires: l'immaturité, l'inadéquation sociale, l'humiliation, les situations de crise...
...