Il le confesse volontiers dès l'entame de End Times Fun: " Je suis une célébrité de niveau intermédiaire. Je ne me plains pas, mais je sais où je me situe. Dans la rue, je peux avoir trois mecs qui viennent vers moi et l'un d'eux fait: "Putain, Marc Maron!" Et les deux autres: "Non, je connais pas." Je suis ravi qu'un type m'apprécie mais j'ai fini par apprendre que je ne suis pas obligé d'être là quand il explique qui je suis à ses amis." Ça fait pourtant désormais plus de 30 ans que le fringant quinqua brille dans le circuit du stand-up...
...

Il le confesse volontiers dès l'entame de End Times Fun: " Je suis une célébrité de niveau intermédiaire. Je ne me plains pas, mais je sais où je me situe. Dans la rue, je peux avoir trois mecs qui viennent vers moi et l'un d'eux fait: "Putain, Marc Maron!" Et les deux autres: "Non, je connais pas." Je suis ravi qu'un type m'apprécie mais j'ai fini par apprendre que je ne suis pas obligé d'être là quand il explique qui je suis à ses amis." Ça fait pourtant désormais plus de 30 ans que le fringant quinqua brille dans le circuit du stand-up... Né à Jersey City au début des années 60 dans une famille juive aux racines russes et polonaises, Marc Maron affiche un parcours singulièrement itinérant, qui l'a conduit de la côté Est au Nouveau-Mexique en passant par l'Alaska. Ses débuts en tant qu'humoriste professionnel, il les fait à Los Angeles, au cultissime Comedy Store, à la fin des années 80. Recalé lors d'une audition pour le Saturday Night Live parce qu'il s'y présente complètement défoncé, il se multiplie sur tous les fronts: voix pour des séries d'animation, invité récurrent des late shows de David Letterman ou Conan O'Brien en télévision, homme de radio... En 2000, il apparaît le temps d'une scène marquante en promoteur colérique et bagarreur dans le film Almost Famous de Cameron Crowe. Grand ami de Louis C.K., il pilote le formidable podcast WTF with Marc Maron, apparaît plusieurs fois dans Louie sur FX et a même droit à sa propre série télé, sobrement intitulée Maron, de 2013 à 2016. Plus récemment encore, il se fait remarquer dans une triplette d'épisodes de Easy sur Netflix, en producteur de talk-show dans le film Joker, puis surtout en coach de catch féminin amateur de cinéma bis dans GLOW, toujours sur Netflix, où il fait par ailleurs régulièrement atterrir ses spectacles de stand-up. Dans End Times Fun, dernier comedy special en date diffusé par le géant du streaming, Maron, qui s'y frotte assez frontalement à la question de la fin de la civilisation, y va de cette observation: " Je ne sais pas ce qu'il faudrait pour qu'on réalise... Je veux dire, est-ce qu'on n'a pas été assez divertis? N'y a-t-il pas quelque chose qui pourrait nous réunir et nous faire prendre conscience qu'on doit pratiquement tout arrêter? Qu'est-ce qu'il faudrait? Une chose horrible, de toute évidence. Il n'y a que ça qui rassemble. Un truc bien moche et bien gros. Pour qu'on se réveille tous de cette transe. Le ciel doit-il s'embraser pour qu'on réalise qu'on a foiré?" Sachant que le spectacle a été enregistré à Los Angeles le 30 octobre 2019 et mis en ligne par Netflix le 10 mars dernier, soit à quelques jours à peine du confinement que l'on sait, la chose pourra résonner de manière quasiment prophétique. Visionnaire, Marc Maron? Disons plutôt que le gaillard vise souvent juste. Et que le regard qu'il porte sur ses contemporains et sur le monde, sensiblement désenchanté, lui confère une certaine pertinence. Souvent brillamment écrit, hyper imagé, End Times Fun voit en tout cas Maron, et son débit mitrailleur assaisonné de pointes d'humour typiquement juif, aller au bout de ses délires, qu'il y raille les anti-vaccins ou tacle la monoculture des libres penseurs sur Twitter, se foute de la tronche de Trump ou plus encore de celle de son vice-président Mike Pence, compare les amoureux de l'univers Marvel à des fanatiques religieux ou rie jaune du " bordel technologique innommable dans lequel on est", avant d'imaginer Jésus redescendu sur Terre en super-héros intronisé Avenger par Iron Man lui-même. Mieux: tout au long de son spectacle, l'humoriste adresse également sans détour la question du désintérêt citoyen pour la politique. " Est-ce que vous avez été politiquement très actifs récemment? Euh, ben, c'est-à-dire que j'ai pas mal travaillé sur moi-même. J'ai fait beaucoup de yoga. J'ai un ventre bien ferme." Ce que dit Marc Maron n'est au fond guère éloigné de ce que l'écrivain Nicolas Mathieu, Goncourt 2018 pour son roman Leurs enfants après eux, épinglait ces jours-ci sur son compte Instagram en réaction à la crise que nous traversons: " J'imaginais un réveil en sursaut, comme en plein cauchemar. Que dalle. Dans les palais, ça cause toujours com, ça tactique, ça louvoie. Chez les enfants gâtés, on fait comme d'hab', on transforme chaque minute en occasion de jouir. Les drames sont définitivement solubles dans le lifestyle. L'exhibition des desserts et la course au bonheur se poursuivent peinard. On fera du yoga jusqu'en enfer." Du yoga jusqu'en enfer, donc, et équipés des oeillères ad hoc bien sûr. Dans End Times Fun, toujours: " Ça me paraît assez clair que le monde court à sa perte. Sans vouloir vous faire peur. Côté écologie, ça périclite depuis un moment." Et Maron d'ajouter alors, bien cynique comme il faut: " On le savait tous, mais au fond, si le désastre écologique ne nous chiffonne pas plus que ça, c'est parce qu'en notre âme et conscience, on sait qu'on a vraiment tout essayé. Pas vrai? On a apporté nos propres sacs au supermarché, non? Eh bien apparemment, ça n'a pas suffi." Touché...