Extrêmement rare depuis des années en interview, Bob Dylan ne se raconte plus aujourd'hui qu'à travers des portraits fantasmés ( I'm not There) et des docus semi-téléguidés ( No Direction Home). Le réalisateur allemand Hannes Rossacher a ...

Extrêmement rare depuis des années en interview, Bob Dylan ne se raconte plus aujourd'hui qu'à travers des portraits fantasmés ( I'm not There) et des docus semi-téléguidés ( No Direction Home). Le réalisateur allemand Hannes Rossacher a décidé de raconter le prix Nobel de littérature autrement: en partant se promener sur ses traces. New York, son Minnesota natal, la Nouvelle-Orléans qu'il découvre en 1964 et où il revient aux affaires après un long silence en 1989, Woodstock où il s'installe en 1965 et la Californie où il vit désormais, près de Malibu. Rossacher voyage en cinq étapes dans l'Amérique du Zim et commence son périple par ce Greenwich Village où Dylan débarque en 1961, quand les chambres d'hôtel ne coûtent encore que 17 dollars par mois. Bob Porco, qui réalise pour l'instant un docu sur l'importance culturelle et musicale du quartier, un vendeur d'instruments de musique déjà présent dans le temps et un prof de sociologie de l'université, entre autres, racontent, dans le premier volet de cette quotidienne, le génial songwriter et contextualisent son rapport à Big Apple. Plutôt sympa malgré l'omniprésence de Rossacher.