Il a été régulièrement fait écho au travail de Katherine Longly (Messancy, 1980) dans ces colonnes. Cette photographe belge s'est fait un nom pour avoir régulièrement tenté d'examiner les liens entre le corps et la nourriture. On se souvient en particulier de Rotten Potato, une série d'images frappantes qui se penchaient sur les effarants concours de "plus gros mangeurs". Loin d'être voyeuriste ou moqueur, le travail questionnait l'identité de l'artiste, longtemps surnommée " rotten potato" en raison d'un excédent de poids. Comme elle l'expliquait à l'époque, " là où j'ai grandi, l'amour est proportionnel à la richesse des repas". À l'opposé de ces ingestions phénoménales, son nouvel ouvrage porte le titre de To tell my real intentions, I want to eat only haze like a hermit. Cet opus réalisé à la main (61 exemplaires seulement) explore " la relation à l'alimentation et au corps dans le contexte de la société japonaise contemporaine". Tout un programme. Envie d'en savoir plus? Sur son site, qui déroule également l'ensemble de son oeuvre, il est possible de feuilleter les pages dudit livre en accéléré. Mise en pages à tiroirs et forme ultra dynamique, les dix chapitres de ce pavé mêlent enquête journalistique, observations scientifiques, regard sociologique et surtout intentionnalité poétique.

http://www.katherine-longly.net