"All My Heroes Are Cornballs"

Parce qu'il est devenu le genre le plus populaire du moment, on a parfois tendance à oublier que le rap est aussi la musique qui tente le plus de choses, élargissant les frontières de la pop. À cet égard, le parcours de JPEGMAFIA, alias Barrington DeVaughn Hendricks, est exemplaire. Né à New York en 1989, basé aujo...

Parce qu'il est devenu le genre le plus populaire du moment, on a parfois tendance à oublier que le rap est aussi la musique qui tente le plus de choses, élargissant les frontières de la pop. À cet égard, le parcours de JPEGMAFIA, alias Barrington DeVaughn Hendricks, est exemplaire. Né à New York en 1989, basé aujourd'hui à Los Angeles après avoir vécu pas mal de temps du côté de Baltimore, l'ex-militaire (il a notamment été envoyé en Irak) n'a cessé de prendre des chemins détournés. Toujours aventureux, frôlant l'expérimental, JPEGMAFIA cite aussi bien l'influence du Wu-Tang Clan que celle de Throbbing Gristle, héros eighties de la musique industrielle. De fait, les deux premiers disques de l'intéressé avaient déjà pu démontrer qu'il maîtrisait parfaitement l'art de délivrer les bourre-pifs musicaux. En l'occurrence, il persiste et signe sur son nouvel album All My Heroes Are Cornballs. On ne parle pas ici de musique compliquée: dans sa folie, JPEGMAFIA, seul producteur aux manettes, a assez d'humour et laisse assez de prises à l'auditeur curieux pour embarquer avec lui. C'est particulièrement le cas avec ce troisième essai bouillonnant. S'ouvrant sur des bruits de verre brisé et des cris de foule paniquée ( Jesus Forgive Me, I am A Thot), All My Heroes... ne reste pas deux minutes tranquille, enchaînant morceaux de bravoure énervés ( Beta Male Strategies), semblant de ballade romantique ( Grimy Waifu) et reprise tordue (le No Scrubs de TLC cité dans BasicBitchTearGas). Assurément l'une des musiques les plus excitantes du moment.