Comme une évidence: l'art est lié au public. Ainsi, même dans la coulisse de l'apprentissage artistique, il y a des sorties publiques. Des étudiants-artistes, travaillant au quotidien leur discipline, accouchent parfois de leur première oeuvre. Certaines écoles ont d'ailleurs leur propre festival, tel ce Courants d'airs orchestré par le Conservatoire royal de Bruxelles. Le menu est serré: 5 jours, 50 projets, 110 musiciens, 180 comédiens étudiants. La folie! Dans cette douzième édition: pas mal de créations collectives, quelques textes d'auteurs (Sarah Kane, George Orwell, les Frères Grimm...) et les relations humaines s'enfilant dans les questionnements des jeunes artistes. On épinglera: Ding ding autour du speed-dating, Et si on rêvait, une "composition mouvementée à partir du mythe d'Electre et d'Oreste", Third une pièce chorégraphique pour deux individus "qui se déchirent pour mieux se réconcilier", mais aussi Faire confiance à nos archéologues ("un troupeau se forme réuni par une annonce") ou encore Signé Célestine d'après Le Journal d'une femme de chambre de Mirbeau, réunissant comédiens sourds et entendants. Autres curiosités avec du théâtre corporel dans As-tu vu l'univers quand il éternue? ou encore cette pièce annoncée "drôle, dans un chaos d'actions et de paroles pour combler l'ennui" intitulée... Tu fais la femme. Côté musique, un hommage à Kandinsky (A Century's Spring), des standards de jazz sur la Grand-Place, Tehillim de Steve Reich, une collaboration avec le Conservatoire de Berlin (Ears Wide Opened - Berio, Angot, Jung), etc. Courants d'airs, on y va, la curiosité en bandoulière...

DU 19 AU 23/04, AU CONSERVATOIRE ROYAL DE BRUXELLES. WWW.CRB-CONCERTS.BE

N.A.