L'affaire Dreyfus, du nom de ce militaire juif injustement condamné au bagne pour trahison puis réhabilité, qui marqua le début du XXe siècle et qui éclaira d'un jour sinistre le profond antisémitisme de la société française, n'en finit hélas plus de trouver des résonances...

L'affaire Dreyfus, du nom de ce militaire juif injustement condamné au bagne pour trahison puis réhabilité, qui marqua le début du XXe siècle et qui éclaira d'un jour sinistre le profond antisémitisme de la société française, n'en finit hélas plus de trouver des résonances dans notre époque amère. Dont acte: l'auteur Jean Dytar ( La Vision de Bacchus, Florida) prend le pli de l'anachronisme pour re-raconter ce scandale d'État, en imaginant que les protagonistes de l'époque, sans rien changer de leurs dires, s'expriment désormais sur Facebook ou Twitter et que les journaux, dreyfusards ou anti-dreyfusards, possèdent leur version en ligne... Ce qui donne, sous coffret, un livre-objet de 300 pages d'un formalisme rigide, rébarbatif au premier abord, mais d'une richesse étonnante et certainement unique: Jean Dytar y fait le tour à 360 degrés de la question et de l'affaire, non seulement en plongeant dans tous les quotidiens et témoignages de l'époque et en y modernisant moult prises de paroles, glaçantes dans leur triste modernité de haine ou de fake news, mais aussi en proposant, via une application pour smartphone, un important contenu numérique basé sur les archives digitalisées de la BNF. Un remarquable travail d'historien et d'archiviste autant que d'auteur de BD, décidément insolite.