De Glenn Ficarra et John Requa. Avec Jim Carrey, Ewan McGregor, Leslie Mann. 1 h 36. Sortie: 17/02.
...

De Glenn Ficarra et John Requa. Avec Jim Carrey, Ewan McGregor, Leslie Mann. 1 h 36. Sortie: 17/02. Cela commence un peu comme American Beauty, cela continue façon croisement de La Cage aux folles et du film de prison, avec un détour vers Philadelphia et une grosse louche de Catch Me If You Can... Bizarre, mais plaisant mélange, inspiré, nous dit-on au surplus, d'une histoire authentique! Jim Carrey campe un homme apparemment bien dans sa peau, un mari et un père à l'image exemplaire, un employé modèle également, dont l'ascension sociale se déroule aussi harmonieusement que son existence privée, avec des débuts dans la police et un passage sans encombre dans des activités plus rémunératrices. Pourtant, sous cette surface en tout point conforme au rêve de réussite, modèle américain, se cache (un peu honteusement) une différence qui n'est pas de détail: Steven Russell se sent gay, au plus profond de lui-même, et a des aventures sexuelles clandestines avec d'autres hommes... Un accident de voiture, duquel il réchappe comme par miracle, constituera pour lui une manière de déclic. Désormais, Steven assumera totalement sa véritable nature! Et constatant " qu'être gay coûte très cher" (goût des belles et bonnes choses oblige), il se lance parallèlement dans une série d'arnaques où il brillera... avant de se faire prendre et d'aller en prison. S'intégrant mieux qu'il le craignait dans un système carcéral où son sens de la débrouille fait merveille, notre homme va y faire la connaissance d'un autre détenu jeune, blond et fragile. Ce Phillip Morris (joué par Ewan McGregor) deviendra son protégé. Il sera aussi son grand amour, pour lequel il sera prêt à faire encore bien des folies... Auteurs du scénario puis de la réalisation d' I Love You Phillip Morris, Glenn Ficarra et John Requa s'étaient fait connaître en signant le script du corrosif et réjouissant Bad Santa. S'inspirant d'une histoire vraie, narrée dans un livre par Steve McVicker, ils nous proposent un film à la fois drôle et touchant, sexuellement osé mais sentimentalement conventionnel. Une tranche de comédie riche en rebondissements, qui se voit avec un certain plaisir, et dans laquelle Jim Carrey évolue comme un poisson dans l'eau. Le comédien caméléon prend un plaisir visible et souvent communicatif à jouer les imposteurs, et à faire ses gammes sur les clichés homosexuels dont le film tire un parti tantôt pesant, tantôt hilarant, parfois même les deux simultanément. Ceux qui espéreraient voir en I Love You Phillip Morris l'équivalent pour le film de prison de ce que fut Brokeback Mountain pour le western seront probablement déçus. La profondeur, l'émotion, la douleur, les résonances sociales, ne sont pas de mise ici. Mais le divertissement concocté par le tandem Ficarra-Requa fonctionne avec sa loufoquerie, ses excès, ses délires, tout en esquissant une vision critique, décalée, de la poursuite d'un certain rêve américain, entre matérialisme forcené, différence assumée et sentimentalisme hollywoodien. Retrouvez toute l'actualité cinéma commentée par Jean-François Pluijgers, chaque mercredi à 8 h 30, sur Musiq3.Louis Danvers