Victime d'un accident grave sur une ligne à haute tension, Jason Barnes y a laissé son bras droit. Mais il ne s'est pas coupé de la scène pour autant. Ce batteur de jazz a ainsi servi de cobaye au laboratoire de robotique de l'...

Victime d'un accident grave sur une ligne à haute tension, Jason Barnes y a laissé son bras droit. Mais il ne s'est pas coupé de la scène pour autant. Ce batteur de jazz a ainsi servi de cobaye au laboratoire de robotique de l'université de Georgia Tech pour une prothèse d'avant-bras dédiée à son instrument favori. Baptisé Cyborg Drummer Project, ce membre mécanique se termine de deux baguettes. La première réagit aux mouvements de bras tandis que la seconde s'agite et improvise une rythmique via un IA écoutant les sons environnants. Notamment utile pour percuter finement la cymbale, l'incroyable appendice permet au musicien de jouer quatre fois plus vite qu'un humain tout en déroulant des sons polyrythmiques. Un succès, à tel point que Barnes considère son nouveau membre comme partie intégrante de son identité musicale. Hélas, cette super prothèse reste la propriété de Georgia Tech et l'artiste ne peut l'emmener en tournée. Ce dernier vient donc de lancer une campagne de crowdfunding à 73 000 euros (dont 16 000 euros iront dans l'organisation de ses concerts) pour en réaliser une copie.