Peut-on monter une programmation hip hop, même a minima, sans y inclure le moindre rappeur made in USA? C'est en tout cas le pari des Nuits Bota. Cette année, le rap parlera donc majorit...

Peut-on monter une programmation hip hop, même a minima, sans y inclure le moindre rappeur made in USA? C'est en tout cas le pari des Nuits Bota. Cette année, le rap parlera donc majoritairement en français. Il viendra de l'Hexagone (version hardcore avec Siboy le 26 avril; plus crossover avec Némir, le 5 mai), du Québec (le phénomène Loud le 26), ou de Belgique évidemment: de Pitcho qui crée un inédit avec l'ensemble Musiques Nouvelles (le 5 mai), à Veence Hanao qui effectue son grand retour (les 1 et 2 mai), en passant par Swing, échappé de L'Or du commun (le 5 mai), le rookie Lord Orgasmique (le 26 avril) ou le duo flamand Blackwave (le 26 avril). Où sont les filles, me direz vous? La réponse avec le concert de l'Anglaise Little Simz, précédée des Juicy (le 6 mai); ou encore ceux de Blu Samu et Lous & The Yakuza, accompagnée pour le coup de Primero (le 5 mai), lors de la soirée dédiée au label bruxellois La Brique.