OEuvre culte au Japon, Himizu est enfin intégralement disponible en français. Lorsque naît la série, en 2001, l'archipel subit encore les effets de l'éclatement de la bulle spéculative des années 80. L'économie a chuté, les illusions aussi... Sumida, l'anti-héros désabusé d' Himizu, est un produit de cette époque: sans argent ni espoir particulier,...

OEuvre culte au Japon, Himizu est enfin intégralement disponible en français. Lorsque naît la série, en 2001, l'archipel subit encore les effets de l'éclatement de la bulle spéculative des années 80. L'économie a chuté, les illusions aussi... Sumida, l'anti-héros désabusé d' Himizu, est un produit de cette époque: sans argent ni espoir particulier, l'adolescent se voit passer sa vie à louer des barques au bord d'un fleuve, installé dans la cabane défoncée qui lui sert d'habitat. Autour de lui, une batterie de parias vit un quotidien lunaire, tandis que le manga, en roue libre, dérive d'une situation tragi-comico-borderline à l'autre. Jusqu'à ce que s'enclenche la descente aux enfers. Sans dévoiler les raisons du basculement, Sumida, "collégien ordinaire" autoproclamé, ne pourra plus se cramponner à cette soi-disant normalité. Une valeur-refuge qui était de toute façon illusoire pour celui qui a toujours aperçu une grotesque créature imaginaire, tapie dans l'ombre. Dès lors, Himizu explose. Rares se font les sourires, ou viciés, transformés en rictus de folie meurtrière. Les gesticulations burlesques laissent place à un sérieux étouffant, tandis que Minoru Furuya passe au scalpel les répugnants pustules de la vie urbaine: solitude, déclassement, délinquance sexuelle... Un parpaing nihiliste lancé à cent à l'heure. En 2011, Sono Sion a filmé une puissante adaptation du manga, située dans les paysages en ruine de l'après-tsunami de la côte Pacifique. C'est que le propos d' Himizu traverse le temps et les crises. À l'ère du Covid, il est même plus que jamais d'actualité. C'est un signal d'alarme, une injonction à accompagner la jeunesse, à lui offrir de l'espoir et des rêves.