Attirée tant par la peinture que par la photographie, Hamida Ouassini n'a pas réussi à faire un choix. Du coup, elle a choisi d'opérer un rapprochement entre ces deux disciplines. Envie de voir ça? Du 6 septembre au 13 octobre, l'Espace Magh présente l'exposition Racine c...

Attirée tant par la peinture que par la photographie, Hamida Ouassini n'a pas réussi à faire un choix. Du coup, elle a choisi d'opérer un rapprochement entre ces deux disciplines. Envie de voir ça? Du 6 septembre au 13 octobre, l'Espace Magh présente l'exposition Racine carrée, qui donne à voir toute l'étendue de son talent hybride. Le critique Christophe Falzone résume assez bien la question en écrivant: " Il y a dans le travail d'Hamida Ouassini un questionnement sur la perception d'un monde qui nous met à distance de ce que nous croyons voir." C'est bien de cela dont il s'agit, à savoir d'une réflexion intense sur ce qui se donne à travers le regard et surtout sur le jeu entre réalité et illusion. " Rien n'est évidence", nous soufflent les compositions d'Ouassini. Pour en prendre la mesure, un détour-préambule par le site de la plasticienne s'impose. Celui-ci est taillé à la lame de rasoir, neuf images, et pas une de plus, qui déclinent un univers magnétique et chromatiquement pénétrant. Ces pages réduites à l'essentiel offrent une respiration bienvenue: on les contemple dans toute leur splendeur en prenant soin d'ajouter la bonne bande-son. La nôtre? Nothing is Still, le nouvel album de Leon Vynehall. Immersion dans les profondeurs garantie... À moins qu'il ne s'agisse d'une sortie en apesanteur.