bd De Thomas von Kummant et Benjamin von Eckartsberg, éditions Paquet, 80 pages.
...

bd De Thomas von Kummant et Benjamin von Eckartsberg, éditions Paquet, 80 pages. 7 Depuis que ce qui reste de l'humanité est disséminé en poches de survivants un peu partout en Europe, les femmes et les hommes tentent de reconstituer un semblant de vie d'avant. Confinés derrière des murs d'enceinte, ils recréent des villages avec pavillons, écoles, entrepôts, terrains d'entraînement militaire... Ils s'organisent pour la subsistance de la communauté, pour la nourrir et la protéger contre les "rippers" -un mix entre l'ours et le macaque-, qui prennent régulièrement d'assaut les hautes palissades et croquent du jarret humain ou plus si affinités. Mais ce n'est pas parce que le monde s'est écroulé qu'on va s'arrêter de draguer, de boire et de fumer. Du moins, c'est le point de vue de la jeunesse de Fort Apache, la colonie n°16 qui, quoi qu'il arrive, a envie de prendre du bon temps. Zack et Archer, les frères Goodwoody fraîchement débarqués dans la colonie, ne sont pas les derniers pour faire la fête et ils sont prêts à enfreindre toutes les règles pour y arriver. Mais ils ne sont pas les seuls, et les adultes ne sont pas aussi blancs qu'ils voudraient le laisser croire. Les conséquences risquent d'être dramatiques, surtout pour Archer, bouc émissaire tout désigné... Pas de changement de rythme pour ce troisième volet de Gung Ho qui en comptera cinq au final: ça roule à du 200 à l'heure, ça tire, ça coupe et ça gicle toujours autant, façon Mad Max adolescent. Côté dessin, Thomas von Kummant maîtrise sa palette graphique au point de nous faire oublier la machine derrière la main: ses aplats de couleurs sont incroyables et rendent parfaitement les différentes ambiances du jour et de la nuit. Biberonné aux Goonies et autre Piranha 3D, le scénariste Benjamin von Eckartsberg nous propose lui le teen slasher de l'été. C.B.