Malgré la courte nuit, Guy Garvey a le sourire. Et la poignée franche. "Comment ça va depuis la dernière fois?", demande d'emblée le chanteur d'Elbow, comme s'il retrouvait une vieille connaissance . "C'était quand d'ailleurs, rappelez-moi?" Sauf erreur, cela remonte tout de même un peu -en 2011, pour l'album Build a Rocket Boys!"Ah oui, d'accord!", rigole-t-il, démasqué. Guy Garvey est ce genre de gars-là: une star qui oublie de se la jouer, l'humour British rincé chaleureusement à la lager, à la fois hâbleur et attentif. Accompagné du fidèle Peter Turner, ils constituent la moitié d'Elbow -complété par la fratrie Potter, Craig et Mark. Un all-male band qui aurait pris soin d'évacuer toute trace éventuelle de masculinité toxique, pour reprendre le terme à la mode. "Peut-être parce que j'ai grandi entouré de cinq grandes soeurs? Cela étant dit, le mec réfléchi et attentif du groupe, c'est surtout Pete (l'intéressé sourit, comme s'il savait déjà ce que son ami de 30 ans allait raconter, NDLR). Il a horreur de la confrontation. Je me souviens que gamin, il me payait pour que j'aille rapporter à sa place les jeans trop larges qu'il avait achetés au magasin (rires) . Plus sérieusement, la musique qui nous lie, ce sont des gens comme REM ou Simon & Garfunkel. On ne peut pas dire qu'ils correspondent au mâle alpha."
...