"Refuge Cove"

Dans un monde où tout se sait, l'ombre, le mystère, le secret sont devenus des armes de marketing. À tout le moins des outils de séduction. De Daft Punk à Goat, nombreux en ont joué dans l'industrie de la musique. Et la jeune Grace Cummings semble avoir bien compris les vertus de la chose. De l'Australi...

Dans un monde où tout se sait, l'ombre, le mystère, le secret sont devenus des armes de marketing. À tout le moins des outils de séduction. De Daft Punk à Goat, nombreux en ont joué dans l'industrie de la musique. Et la jeune Grace Cummings semble avoir bien compris les vertus de la chose. De l'Australienne, on ne sait quasiment rien. Juste de quoi titiller la curiosité. Cummings s'est fait repérer avec une reprise de Bob Dylan ( It's All Over Now, Baby Blue) enregistrée et filmée chez elle, du côté de Melbourne, seule à la guitare acoustique. Bluffés par sa performance, les zozos hyperactifs de King Gizzard and The Lizard Wizard lui ont proposé de sortir un disque sur leur label Flightless Records. Le résultat est un folk plutôt sombre, relativement dépouillé et particulièrement passionné. Grace Cummings ne reprend pas seulement le grand Bob (une chanson qui ne figure pas sur le disque), elle lui ressemble. Dans le phrasé, cette manière de poser les mots (comme en atteste le splendide Other Side). Dans celle aussi de sortir l'harmonica et d'en jouer ( The Look You Gave). Sur Sleep, Cummings questionne ses propres motivations. Elle cite tour à tour Chris Bell (l'un des fondateurs de Big Star), l'actrice Meryl Streep ou encore le peintre Brett Whiteley. On se promène ici en terrains connus, dans un folk tout ce qu'il y a de plus classique, mais l'intensité de l'interprétation promet à la jeune femme un avenir radieux. Alors que son pays brûle, Grace Cummings enflamme...