C'est une des personnalités politiques les plus impressionnantes du XXe siècle et l'une des plus méconnues. Golda Meir a été Premier ministre de l'État israélien entre 1969 et 1974, durant une époque charnière de son Histoire (tensions avec l'Égypte et occupation du Sinaï, débuts de la colonisation en Cisjordanie, prise d'otages de Munich, guerre du Kippour, diplomatie active). Son héritage politique est, aujourd'hui encore, célébré ou contesté. "Si je devais choisir entre avoir une bonne réputation mais ne plus être en vie et vivre avec une mauvais réputation, je choisirais la deuxième option. Cela n'est pas par préférence mais par obligation", répondra-t-elle. C'est une des séquences clés de ce documentaire qui s'efforce, à l'aide d'images d'archives et de commentaires d'acteurs de premier plan de l'époque (aides de camp, conseillers politiques, agents du Mossad, historiens...) de cerner la personnalité de Golda Meir et de comprendre ce qui animait ses décisions dans un contexte menaçant l'existence même d'Israël. Sa politique pugnace, ultra- défensive et répressive à l'égard de ses ennemis, son refus de comprendre les revendications des Arabes comme de la jeunesse libérée de son propre pays dessine des lignes de fracture qui lézardent aujourd'hui le Proche-Orient. Un récit rigoureux, contrasté et passionnant de bout en bout.

Documentaire de Sagi Bornstein, Udi Nir et Shani Rozanes.

7