Coupes budgétaires, précarisation du statut des artistes, réduction à la portion congrue de la culture sur la RTBF, censures... La culture est-elle en danger?

Non, mais son accès au plus grand nombre l'est. En retirant son soutien à un pan entier de la production culturelle, la Fédération Wallonie-Bruxelles se tire deux balles dans le pied: elle asphyxie un secteur économique pourtant porteur de nombreux emplois non délocalisables, et elle empêche la construction d'une identité culturelle au-delà des Arno ou Stromae. Etrange calcul au moment où la " nation belge" est tellement fragilisée. En fait, la stupidité croissante de l'offre sur les médias classiques (pour lesquels les quotas liés à la diffusion de la culture nationale sont peu contraignants) pourrait favoriser le développement des plus petits acteurs du milieu. Le réseau local (petites salles, labels) comble déjà le fossé entre la sous-culture hamburger et la création non-conformiste. Ce sont ces circuits courts qu'il faut soutenir. Avec ou sans le service public.
...