"J'ai grandi avec les films d'animation. J'ai regardé énormément de Disney étant gamin. Mais la révélation, ça a étéLa Dernière Licorne . Un film pour enfants d'une noirceur épouvantable. J'ai beaucoup travaillé à la recherche de cette poésie et de cette élégance."
...

"J'ai grandi avec les films d'animation. J'ai regardé énormément de Disney étant gamin. Mais la révélation, ça a étéLa Dernière Licorne . Un film pour enfants d'une noirceur épouvantable. J'ai beaucoup travaillé à la recherche de cette poésie et de cette élégance." Né en 1986 à Anderlecht, Gerlando Infuso n'est encore qu'un débutant dans le métier de l'image. Mais s'il n'a pour l'instant réalisé qu'une poignée de courts métrages dans le cadre de ses études à La Cambre, passant rapidement du dessin au volume, ce jeune magicien initié à l'art des marionnettes, du moulage et du silicone par Jean-Raymond Brassinne (maquilleur, sculpteur, mouleur qui a notamment collaboré avec Dragone) a déjà signé deux clips remarquables et remarqués à l'univers onirique. L'un pour RoBERT ( Ange et démon). L'autre pour Emilie Simon, qu'il a rencontrée l'an dernier au Festival international du film francophone de Namur où son court, L'£il du paon, a été primé. " Elle était membre du jury et j'ai un peu forcé la main du destin. Je lui ai présenté une marionnette à son effigie." Quelques semaines plus tard, la Française lui envoyait une chanson: Franky's Princess. Extrait de son dernier album Franky Knight. Un journal intime musical dédié à son compagnon, François Chevalier, décédé en 2009 après avoir contracté la grippe H1N1. Gerlando, c'est la culture de l'animation. Il a toujours griffonné et tournait déjà un petit film de 30 secondes à 14 ans quand il fréquentait l'académie de dessin de Braine-l'Alleud. Mais c'est aussi la génération MTV qui craque sur la vidéo du Tonight, Tonight des Smashing Pumpkins, sur le boulot de Gondry pour Björk, la mise en images du Around the world de Daft Punk. Et loue le boulot de Yoann Lemoine (Woodkid) pour Lana del Rey ( Born to die, Blue Jeans). " Le texte d'Emilie est tourmenté mais le clip est à la fois fantomatique, coloré, joyeux, médiéval et disco", commente-t-il. Infuso l'a géré tout seul. Comme un grand. Faute de moyens et par souci de tout contrôler. Il en est venu à bout après quatre ou cinq mois de labeur. En stop motion, et donc à partir d'objets immobiles. Les personnages et les accessoires ont tous été modelés à la main. Si son travail évoque celui de Tim Burton, le natif d'Anderlecht, tout en trouvant la comparaison flatteuse, se sent moins proche du réalisateur des Noces funèbres que de Guillermo del Toro, de son Labyrinthe de Pan et d'un Terry Gilliam. " Je suis autant influencé par ce que je regarde que par des textes de Marie Laforêt, des chansons de Radiohead et des écrits d'Edgar Allan Poe. En fait, beaucoup de chanteuses m'ont tenu compagnie pendant mes heures de travail. Elles m'ont parlé et inspiré. Ces clips sont l'occasion de les remercier..." De parfaire sa technique aussi. Son nouveau court métrage, Les Pécheresses, est d'ores et déjà en cours de financement. " Il confrontera trois personnages mythiques féminins: Eve, la femme de Barbe bleue et Marilyn Monroe. "Diamonds are a girl's best friend... l WWW.GERLANDOINFUSO.COM TEXTE JULIEN BROQUET