Du 29 juin au 8 juillet

Le Gent Jazz est un chic festival qualitatif installé dans un lieu historique gantois. Cadre synchro avec une programmation multiple, battant le rappel des dernières légendes jazz et s'octroyant aussi la possibilité d'inviter le mainstream comme les tenants des musiques contemporaines....

Le Gent Jazz est un chic festival qualitatif installé dans un lieu historique gantois. Cadre synchro avec une programmation multiple, battant le rappel des dernières légendes jazz et s'octroyant aussi la possibilité d'inviter le mainstream comme les tenants des musiques contemporaines. D'abord via l'un des derniers mythes du courant free/spiritual, en la personne du saxophoniste Pharoah Sanders ( photo). À peine moins légendaire, le plus jeune Brad Mehldau: accompagné de sa garde rapprochée, il vient présenter le répertoire de son dernier album, reprenant Brian Wilson, McCartney ou Sam Rivers dans des configurations inventives. Si la récente génération crossover est présente au Gent Jazz (Melanie De Biasio, Baxter Dury, Selah Sue, Nneka, Jef Neve), elle pourrait bien se faire piquer la vedette par un trio du troisième âge. Encore sexagénaire, David Byrne se ramène avec son premier album studio solo en quatorze ans, American Utopia, finement partagé à la composition avec Brian Eno. Un gamin, en comparaison de deux crooners patinés: le Piémontais Paolo Conte et le Gallois Tom Jones. Deux stars pratiquant en commun un crooning peu ou prou influencé par le jazz, visiblement indémodable et ce, apparemment, jusqu'à la fin des haricots.