À part la fameuse Gomorra, les séries se déroulant dans la superbe baie de Naples sont plutôt rares. On se réjouissait de se plonger dans Génération 56k, mini-série italienne dont les personnages évoluent justement entre le pied du Vésuve et une charmante petite île voisine dont on ne connaîtra pas le nom (Capri?). Très (très) loin des gunfights de mafiosi irrités, Generazione 56k, comme on l'appelle da...

À part la fameuse Gomorra, les séries se déroulant dans la superbe baie de Naples sont plutôt rares. On se réjouissait de se plonger dans Génération 56k, mini-série italienne dont les personnages évoluent justement entre le pied du Vésuve et une charmante petite île voisine dont on ne connaîtra pas le nom (Capri?). Très (très) loin des gunfights de mafiosi irrités, Generazione 56k, comme on l'appelle dans le pays des champions d'Europe de football en titre, suit les "aventures" de Daniel, en quête d'amour via une de ces fameuses app de rencontres du genre Tinder et consorts. Il ne la reconnaîtra pas, mais après un quiproquo un brin capillotracté, le voilà amoureux d'une de ses anciennes camarades de classe. Chacun se souvient alors de ce passé commun, et plus particulièrement de l'année 1998, début de leurs émois, et d'Internet. Les vues de Naples sont splendides, en effet, mais l'inspiration des scénaristes, elle, définitivement en berne. Ceux-ci n'ont manifestement pas regardé une série correcte depuis... à peu près 1998, là aussi. Leurs flash-back répétés sont finalement peu pertinents et s'enlisent dans des péripéties inintéressantes à base de disquettes pleines de photos porno pour adolescents en rut. Ils ne parviendront pas à faire oublier la pauvreté de l'intrigue, qui aurait parfaitement pu tenir dans un téléfilm d'une heure et demie. Tout est cousu de fil blanc, et au cas où, vraiment, on n'aurait pas tout saisi, les chansons pop de la B.O. nous souffleront l'émotion à ressentir au moment voulu. On ne s'appesantira pas sur le jeu des acteurs -dans ce Naples qu'on dirait pourtant limité à une superficie d'un kilomètre carré, ils sont totalement perdus. Bon, mais alors, Daniel parvient-il à séduire la jeune et jolie Matilda? Oh on s'en fiche! " Voir Naples et mourir", dit-on. On vous souhaite que Génération 56k ne soit pas la dernière série que vous bingerez...