patten
...

patten "ESTOILE NAIANT" DISTRIBUÉ PAR WARP. 7 Ceci n'est pas un disque. C'est une énigme. Comme son auteur. Basé à Londres, patten (sans majuscule) refuse de révéler son identité, se débrouillant pour ne pas dévoiler son visage sur les photos de presse. Les titres mêmes de ses albums sont codés: après GLAQJO XAACSSO (en 2011), voici ESTOILE NAIANT. Le disque sort sur Warp, confirmant la verve retrouvée du label, qui a visiblement décidé de revenir quelque peu à ses fondamentaux. Soit une musique électronique pointue, volontiers expérimentale. Cérébrale? C'est l'impression que pourrait donner patten, y compris quand on le rencontre pour une interview. Chaleureux et souriant, il est, comme son disque, aussi passionnant à suivre que touffu. Posez une question à l'intéressé ("good question", ponctue-t-il quasi systématiquement), il en trouvera deux autres cachées derrière, sous-pesant le moindre des mots lâchés dans la conversation. Exemple, basique: quand et comment avez-vous commencé à faire de la musique? "Hmmm, j'ai l'impression qu'il faut prendre le problème à l'envers. Je crois que la plupart des gens arrêtent de faire de la musique. Au départ, tout le monde en joue. Regardez les gamins: ils peignent, dessinent, jouent, glissent de l'imaginaire dans la réalité. Avec le temps, on a souvent tendance à perdre ça." Le premier instrument? "Disons que... Je ne sais pas... Je me souviens d'une espèce de radiocassette karaoké, je m'amusais à en triturer le bouton de réverb'. Mais je pense que le premier instrument reste d'abord et avant tout mon esprit. Le matériel de base, ce sont les idées. Et le temps: celui qu'on a sur Terre, pour expérimenter, partager..."Il ne faudrait cependant pas ranger tout de suite patten au rayon "musique opaque pour initiés". Si le garçon ne remplira probablement jamais Forest National, il pourra susciter l'attention chez les amateurs de house déviante et d'électronique à haut potentiel psychédélique, fans de Flying Lotus (Softer, Drift) ou de Oneohtrix Point Never (Here Always). Et en général -on voudrait en tout cas le croire- de toute oreille un tantinet curieuse et avide de nouvelles sensations. Comme tout message crypté, ESTOILE NAIANT devra donc être analysé en détails et appréhendé globalement, de manière détachée. "Tout dépend de vos attentes, de la manière dont vous approchez la musique. Est-il par exemple difficile ou dérangeant d'écouter le bruit des vagues qui s'écrasent contre les rochers? On n'est pourtant pas dans une mesure 4-4... Par ailleurs, quand une musique ne présente pas de logique immédiate, est-ce un frein ou plutôt une invitation à jouer un rôle, à créer votre propre interprétation sans être obligé de penser d'une certaine manière? C'est tout de même étrange de trouver plus confortable la situation où l'on vous force à penser quelque chose plutôt que d'être confronté à un matériel qui vous laisse la liberté de vous l'approprier complètement, non?" - EN CONCERT CE 23/02, AU STUK, LEUVEN.LAURENT HOEBRECHTS