Le décret anti-immigration de Trump est temporairement (?) court-circuité. Mais le projet qui a pendant quelques jours stoppé net les passagers de vols originaires de sept pays à majorité musulmane a secoué les planètes high-tech et gaming...

Le décret anti-immigration de Trump est temporairement (?) court-circuité. Mais le projet qui a pendant quelques jours stoppé net les passagers de vols originaires de sept pays à majorité musulmane a secoué les planètes high-tech et gaming. Au petit jeu des réactions les plus virulentes, la Silicon Valley a répondu avec plus de vigueur face à cette décision. Lyft suivi par Uber (que d'aucuns soupçonnent d'opportunisme) ont respectivement versé un million de dollars à l'American Civil Liberties Union et débloqué trois millions de dollars en aides légales diverses envers les chauffeurs concernés. Côté joystick, Polytron (FEZ) et Vlambeer (Nuclear Throne) sont les seuls à avoir mis la main au portefeuille en cédant temporairement une partie de leurs revenus à l'ACLA. Insomniac Games (Ratchet and Clank) postait une vidéo condamnant cette politique migratoire insensée et Devolver s'engageait à promouvoir des jeux victimes du ban sur son stand de la GDC de San Francisco. Mais l'industrie du gaming en est restée à quelques gentils communiqués sur la pluralité. Ou comment les éditeurs, soucieux de ne froisser personne, peinent une fois de plus à prendre leurs responsabilités... M.-H.T.