Découvert lors de la dernière Mostra de Venise, Three Billboards Outside Ebbing, Missouri y entamait une impressionnante moisson de lauriers, à l'Osella du meilleur scénario glanée sur le Lido devant succéder, au fil des mois, une poignée de Golden Globes dont celui du meilleur film, mais aussi deux Oscars, venus récompenser Frances McDormand et Sam Rockwell. Un triomphe largement mérité, le troisième long métrage de Martin McDonagh ( In Bruges, Seven Psychopaths) constituant assurément l'un des chocs cinématographiques des derniers mois. C'est là l'histoire de Mildred ...

Découvert lors de la dernière Mostra de Venise, Three Billboards Outside Ebbing, Missouri y entamait une impressionnante moisson de lauriers, à l'Osella du meilleur scénario glanée sur le Lido devant succéder, au fil des mois, une poignée de Golden Globes dont celui du meilleur film, mais aussi deux Oscars, venus récompenser Frances McDormand et Sam Rockwell. Un triomphe largement mérité, le troisième long métrage de Martin McDonagh ( In Bruges, Seven Psychopaths) constituant assurément l'un des chocs cinématographiques des derniers mois. C'est là l'histoire de Mildred Hayes (Frances McDormand), une femme dont la fille adolescente a été violée et tuée sept mois plus tôt, l'enquête étant toujours au point mort. Et qui, avisant trois panneaux publicitaires dépareillés à l'entrée de la petite bourgade d'Ebbing, va les louer afin d'adresser un message cinglant au chef de la police locale, Bill Willoughby (Woody Harrelson), lui intimant de se secouer. Un coup d'éclat qui va avoir l'effet d'une bombe à retardement, suscitant des réactions contrastées au sein de la population, le "chief" Willoughby étant apprécié de tous, plus encore peut-être dès lors qu'il souffre d'un cancer en phase terminale. Circonstances qui n'entameront en rien la détermination de Mildred, pas plus d'ailleurs que le zèle de l'agent Dixon (Sam Rockwell), flic bas du front et concentré de redneck pur jus, adepte de méthodes pour le moins expéditives... Martin McDonagh raconte, dans le making of proposé en bonus, avoir eu l'idée initiale de ce film il y a 17 ans déjà, lors d'un voyage aux États-Unis où il avait remarqué des panneaux publicitaires reconvertis à des fins semblables. Le temps porte conseil, et le script de Three Billboards ( Les Panneaux de la vengeance en vf) est un petit bijou, modèle d'écriture millimétrée -" le scénario, c'est la Bible", observe Frances McDormand- venu soutenir une mise en scène inspirée. S'il pratique toujours l'humour acide qui faisait le sel de In Bruges, le réalisateur voit son propos gagner en ampleur à la faveur d'une "dramédie" tortueuse oscillant entre western et polar pour mieux livrer une coupe au scalpel de l'Amérique profonde. On souscrit avec d'autant moins de réserve que l'interprétation est au diapason, Sam Rockwell signant une composition proprement jubilatoire, tandis que Frances McDormand, qui s'est inspirée de... John Wayne, s'avère tout simplement magistrale, non sans acter le lien objectif du film avec le Fargo des frères Coen. Le Blu-ray est par ailleurs enrichi de Six Shooter, court métrage gonflé à l'humour noir (avec notamment une scène d'anthologie entre les Gleeson père et fils, Brendan et Domhnall) qui devait valoir à Martin McDonagh l'Oscar en 2006. Incontournable.