Francofaune, c'est d'abord et avant tout un festival musical. Programmé en octobre, il est même l'un des plus dynamiques de l'automne, avec son affiche chanson-rock-électro-hip-hop en français dans le texte dispersée aux quatre coins de Bruxelles. Mais c'est aussi un "parcours", étalé sur tou...

Francofaune, c'est d'abord et avant tout un festival musical. Programmé en octobre, il est même l'un des plus dynamiques de l'automne, avec son affiche chanson-rock-électro-hip-hop en français dans le texte dispersée aux quatre coins de Bruxelles. Mais c'est aussi un "parcours", étalé sur toute l'année. Celui-ci est né sur les cendres de l'ancien concours du même nom (ex-Biennale de la chanson française). Pas question cependant de se lancer ici dans une longue compétition découpée en plusieurs étapes -type Concours Circuit. Derrière l'idée du parcours, Francofaune a plutôt voulu développer le principe d'un "dispositif d'accompagnement" pour des groupes émergents. En gros, il s'agit d'offrir à trois projets musicaux la possibilité, pendant un an, de bénéficier de soutien, et de conseils, via par exemple l'organisation de résidences. Avec à la clé, évidemment, une participation au festival. Sont ainsi déjà passés par là des groupes comme Détective fou, ou le rappeur Badi. Les inscriptions pour la "cuvée 2018" viennent tout juste de s'ouvrir. Elles se clôtureront le 15 janvier. D'ici là, tous les amateurs peuvent envoyer leur candidature en ligne. Après une première sélection par un comité d'écoute, des auditions sur scène auront lieu le 17 mars prochain, pour retenir les trois artistes accompagnés. Pour rappel, le parcours ne se limite à aucun style en particulier. Tout est donc permis. Seule condition: chanter en français.