"N'écrivez pas que j'ai pris une bière, ma mère n'est pas au courant." On ne sait toujours pas trop s'il faut prendre la demande au sérieux. Après tout, jusqu'il y a peu, les parents d'Al Spx ne savaient pas qu'elle avait signé un contrat sur un label, et enregistré un premier disque. Aujourd'hui, leur fille a fini par leur avouer. Mais, rencontrée à la terrasse de l'Ancienne Belgique, Al Spx -pseudo tiré du Ulysse de James Joyce- ne veut toujours pas dévoiler sa véritable identité... Ces dernières années, l'anonymat tenait surtout de l'argument marketing -un teasing imparable dans une société où l'intimité explose sous les tweets et les statuts Facebook. Chez Al Spx, la coquetterie ne paraît pas tout à fait en être une. "Ce n'est pas une histoire de secret, mais plutôt une question de confort (sourire). Je n'étais pas à l'aise de voir mon nom collé à ces chansons. Ce sont des morceaux très intimes, sombres, et ...