Du 16 au 31 août

Rendez-vous incontournable de la danse contemporaine, le Festival des Brigittines s'empare cette année d'un thème prospectif: "Libres comme demain nous l'apprendra". Comme les corps qui interrogent le monde et ses mutations par le mouvement, les spectacles choisis entendront les réinventer par l'imaginaire. " N'est-ce pas lorsqu'elle lâche la bride à l'imagination et à l'imprévu, au fantasme et au basculement des évidences que la scène vit à sa plus haute intensité et qu'elle a le plus à offrir au spectateur?", questionne Patrick Bonté, le directeur des Brigittines. Parmi les nombreux inédits en Belgique, notons Pièces d'Ambra Senatore. La chorégraphe enferme cinq danseurs dans un appartement d'apparence banale, quand soudain le quotidien vacille. Couronné d'un prix d'excellent du ministère israélien de la culture, It's now.It's never de Dafi Altabeb et Nini Moshe se conçoit comme un tableau pour huit performeurs au son d'Elvis Presley et d'Arvo Part. S'inspirant de la célèbre figure de la Commedia dell'Arte, Harleking dédouble la personnalité d'un être extrême dans le duo formé par Ginevra Panzetti et Enrico Ticconi. Aux confins de l'étrangeté, Olivier De Sagazan donne vie à une inquiétante sculpture dans Transfiguration. Performance géométrique, L'affadissement du merveilleux de la Canadienne Catherine Gaudet invite à la transe. Il faudra bien une soirée musicale (le 31) pour se remettre de toutes ces émotions.

Où: aux Brigittines, Bruxelles.

Infos: www.brigittines.be